7 Choses Faciles qui font de Vous un Créateur de Contenu Génial

7 Choses Faciles qui font de Vous un Créateur de Contenu Génial

More...

Comment créer votre formation rentable en partant de 0
Lancez votre Business en ligne avec cette formation offerte :

7 Choses Faciles qui font de Vous un Créateur de Contenu Génial

Les créateurs de contenu sont des génies, parce que faire du contenu régulier, ce n’est pas facile. Avoir constamment de nouvelles idées, éviter de se répéter et finalement ne pas se trouver banal, ça non plus, ce n’est pas facile.

Dans cette vidéo, que ce soit pour faire du contenu pour vos réseaux sociaux ou simplement si vous en vivez comme je le fais depuis des années, je vais vous proposer sept choses faciles à mettre en place pour devenir un véritable créateur de contenu génial.

1. Comment trouver des idées de contenu

La clé du nœud qui forme ce problème qu’on a dans la tête quand on cherche du contenu tourne autour du mot « trouver ». Il faut essayer de trouver du bon contenu. Évidemment, on peut s’appuyer sur nos propres ressources internes. Mais nos connaissances, nos idées, tout ça, ça va vite s’épuiser.

La source de nos idées qu’on pensait intarissable, tellement notre motivation était gigantesque au début, vient un jour à se tarir. C’est là que les complications commencent. La solution pour nous, c’est d’aller chercher à l’extérieur ce qu’on ne trouve plus à l’intérieur, d’aller chercher de l’inspiration, des idées.

D’abord, chercher chez vous. Alors, c’est vrai que sur tous les réseaux sociaux, si vous regardez bien, vous avez un maximum d’analytiques, ce qui devrait pouvoir vous guider. C’est vrai qu’il y a certains réseaux sociaux qui sont mieux dotés que d’autres. Mais par exemple, si vous avez un blog, vous allez dans la Google Search Console et puis vous allez regarder quelles sont les requêtes qui vous amènent le plus d’audience. Donc d’une manière générale, penchez-vous sur vos Stats.

Deuxième possibilité, c’est d’aller chercher chez les autres. C’est vrai qu’il n’y a pas de meilleur endroit quand on est vraiment au bout du bout. Cela dit, méfiance quand même. Il s’agit là de s’inspirer et non pas de copier. J’insiste parce que je me suis fait un peu piller... 

S’inspirer et copier, ce n’est pas tout à fait la même chose quand même.

Chercher sur des ressources insolites, par exemple journaux.fr. Regardez bien sur chaque couverture, vous avez minimum trois ou quatre sujets. En plus, c’est classé par thème. Encore une fois, il ne s’agit pas de recopier. Il s’agit de s’inspirer de ces thèmes qui vous sont présentés. Avec journaux.fr normalement, vous allez vous régaler.

Si vous vous amusiez à prendre un événement de votre journée ? Essayez d’en choisir un et de le transformer en contenu. Cherchez, il y a toujours des possibilités. À ce moment-là, il faut tout ramener à votre contenu. Puis, bien évidemment, s’appuyer sur ce qu’il vous est arrivé, mais aussi y ajouter des idées que vous avez à y faire passer. C’est une méthode qui est très efficace. Encore faut-il avoir un genre d’obsession en soi, c’est-à-dire de vouloir vraiment faire du contenu et pouvoir, à chaque fois qu’il vous arrive quelque chose dans la vie, vous dire  “Je vais le noter quelque part parce qu’il y a peut-être moyen d’en faire quelque chose“.

2. Comment faire une prise de note efficace

Essayez de vous trouver aussi le contexte dans lequel vous avez les idées. Personnellement, à chaque fois que j’écris, j’ai plein d’idées qui m’arrivent. Le problème, c’est que, à peine j’ai terminé ma phrase, les idées sont parties, elles sont envolées. J’ai envie de la terminer ma phrase, mais les idées sont parties. Donc, il faut le savoir, il faut en avoir conscience et commencer déjà à écrire dès qu’on se met à avoir une fraction de seconde une idée (par exemple une idée de chaine YouTube) parce que ça passe très vite. Commencez à l’écrire et à mettre noir sur blanc sur papier, pour ne pas l’oublier.

Les idées passent et se dissipent au fil du vent de notre vie. Elles s’envolent aussi vite que les nuages. Les idées vont bien plus vite que la vitesse de la lumière. Alors, notez. Si vous êtes en voiture, arrêtez-vous. Si vous êtes en métro, arrêtez-vous. Si vous êtes aux toilettes, arrêtez-vous et notez. Pour ça, vous avez un outil juste génial, vous l’avez dans votre poche, c’est lui smartphone. Vous pouvez tout enregistrer là-dessus. Vous pouvez prendre des notes écrites et enregistrer de la voix si vous voulez, enregistrer une vidéo, mais en tous les cas, vous pouvez noter.

Par contre, si vous êtes moins dans l’urgence, mais plus organisé, vous pouvez utiliser des outils comme celui-ci. Perso, j’utilise Google Keep. Google Keep est gratuit et vous permet de noter une idée ou alors de dresser une liste, puis de la partager facilement avec vos proches ou avec vous-même. Vous saurez que vous aurez fait du bon boulot de prise de notes le jour où vous retomberez sur une ancienne de vos notes et vous vous direz : ce n’est pas mal ce que j’ai. Ouah, mais c’est super ce truc-là. J’avais complètement oublié. Quand on est créateur de contenu, rien ne se perd, tout se transforme.

3. Comment utiliser les réseaux sociaux à notre avantage

Le truc, c’est qu’il faut sans cesse s’adapter !
Quoi ? Une nouvelle plateforme ? Attends, je viens juste de me lancer sur Telegram qu’il faut que j’aille sur TikTok. Je viens juste de me lancer sur les live YouTube qu’il faut que je fasse des reels sur Instagram...

Quand on fait du contenu, il faut sans cesse l’adapter et à chaque fois repartir à zéro sur une nouvelle plateforme et souffrir quand on commence cette véritable traversée du désert. C’est vrai que plus ça va, plus on nous propose des nouvelles plateformes, des nouveaux réseaux sociaux, des nouveaux formats.

Il faut faire des vidéos carrées. Non, non, non, il faut faire des vidéos horizontales, verticales. Plus de 60 secondes. Non, eh moins de 60 secondes ! Une vidéo live, ce serait bien... Par contre, des photos comme celles-là, ce serait bien aussi... Bref, c’est un véritable enfer. Mais pour éviter cet enfer, le mieux, ce serait de réussir à s’adapter à trois niveaux :


  • Il faut s’adapter aux plateformes et aux spécificités. Ça s’étudie juste avant, mais après, il faut rentrer dans le moule.

  • Ça ne va pas vous amuser, il faut quand même s’adapter à un minimum à leurs contraintes techniques.

  • S’adapter à l’audience particulière, Dieu sait que c’est important.

Pour Facebook, on sait par exemple que c’est beaucoup plus mature que TikTok, qui est beaucoup plus jeune. Ça veut dire que pour vous, vous allez devoir chercher comment vous allez pouvoir recycler votre contenu. Pour ça, vous allez devoir mettre en place des process, des stratégies, des méthodes pour essayer d’accélérer tout ça et de faire en sorte que ça devienne un peu plus fluide pour vous.

Comment créer votre formation rentable en partant de 0
Lancez votre Business en ligne avec cette formation offerte :

4. Comment créer du contenu payant et du contenu gratuit

Une question qui revient souvent de la part des débutants, qu’est-ce que je dois faire comme contenu payant et qu’est-ce que je dois faire comme contenu gratuit ? Parce que quand on est débutant, on n’a pas tellement envie de donner son savoir gratuitement.

Donner ses idées, voire carrément se les faire voler, c’est comme se faire voler de l’argent. Parce qu’en fait nos idées de contenu ont une vraie valeur marchande. Perso, je suis formateur en ligne, donc je connais un petit peu la différence entre un contenu payant, un contenu privé et un contenu public. Privé, c’est un peu plus poussé que ce que vous voyez sur ma chaîne YouTube, mais c’est quand même moins poussé évidemment que les formations payantes que voient mes élèves. C’est normal.

Alors, quoi donner ?

Certains disent qu’ils donnent jusqu’à 98 % de leurs contenus en gratuit. Mais je vais vous dire, vous pouvez aller jusqu’à 100 % si vous voulez ! Parce qu’à partir du moment où vous donnez des petits morceaux de votre contenu éparpillé à droite, à gauche, ça va être un véritable enfer pour la personne de chercher à essayer de réunir tous ces morceaux. Alors que si vous suivez les petites pierres blanches déposées pour vous par le Petit Poucet, vous arriverez évidemment beaucoup plus facilement et beaucoup plus rapidement à votre résultat. Si quelqu’un vous a déjà mâché le boulot et vous a déjà tout fait dans une formation, évidemment, pour vous, c’est un gain de temps énorme.

Donc quand on est créateur de contenu, on doit garder en tête deux choses.


  • La première, c’est qu’en toute humilité, on doit continuer de se former.
     
  • Puis la deuxième, c’est de ne pas hésiter à lâcher même du contenu précieux en gratuit. Parce que, de toute façon, tous ceux qui sont des chercheurs de gratuit ne seront au bout du compte... jamais vos clients.

5. Stratégie de contenu marketing digital

Quand on cherche à passer au niveau supérieur, on se demande souvent comment on pourrait bien s’y prendre. Comment est-ce que font ceux qui réussissent à se faire remarquer ? Comment est-ce que font ceux qui réussissent... à réussir.

Un cocktail est un savant mélange d’arômes et de saveurs qui quelquefois tient à peu de choses. La différence se fait quelquefois sur la toute dernière touche. Et si vous n’avez juste pas la bonne approche, juste pas la bonne méthode, déjà vue, déjà faite, alors ne vous prenez pas la tête, il y a des gens qui ont déjà largement disséqué tout ça et qui en ont fait carrément une science. Et cette science, c’est ce qu’on appelle le marketing. Alors, je ne vais pas vous faire un cours de marketing dans cette vidéo. Par contre, je vais juste vous faire une approche très rapide pour que vous ancriez ça bien fort dans la tête.

En résumé, cherchez les problèmes de votre thématique et proposez des solutions dans votre contenu avec notamment des réponses aux questions : comment faire ceci, ceci ou cela ?

Exemple Amazon, si vous êtes dans la perte de poids, vous trouvez un ebook. Vous allez essayer de chercher les commentaires propres à cet ebook et vous allez pouvoir trouver tout un tas de problèmes à résoudre dans votre contenu. Pas compliqué. Puis, vous pourriez aussi rajouter un petit peu de psycho dedans, avec notamment tous les biais cognitifs. Mais ça, chaque fois que j’en parle, ça fait fuir tout le monde. Alors, je vous en parlerai, mais un autre jour.

6. Comment organiser son temps de travail

Si au début, on sort nos contenus avec ce qui nous arrive là comme ça, comme ça vient, on va se rendre compte très vite que le mieux ce serait de s’organiser. Si par contre, on fonctionne à l’ancienne en se disant moi, je vais sortir un contenu par jour... alors là je vous dis que vous êtes parti en galère. Ce qui devrait être un plaisir devient une fuite en avant, une course contre le temps qui nous oblige à tenir des timings que nous seuls nous sommes créés dans notre tête. Ça peut très vite nous emmener à l’échec, nous décourager à vie.

Alors mon conseil, c’est tout simplement de commencer doucement et d’accélérer petit à petit, monter en régime avec le temps, comme un sportif qui commence d’abord par se préparer et qui, au fur et à mesure de la compétition, devient de plus en plus performant.

Ça implique deux choses :


  • Dans sa tête, il va falloir s’entraîner à sortir du contenu. C’est-à-dire qu’il va falloir faire un véritable travail de fond sur le mécanisme de la créativité, sur toute l’imagination, raviver votre imagination et bien sûr vous pousser à avoir des idées.


  • Dans son travail, avoir une organisation sans faille. Et avoir une organisation sans faille, ça passe par avoir un agenda sans faille. Perso, j’utilise Google Agenda. On peut optimiser par journée, par mois, par trimestre. On peut aussi avoir une vue totalement globale et avec ça, vous y verrez carrément plus clair.
     
    Avoir un agenda sans faille veut dire aussi que vous allez pouvoir planifier. Et si vous pouvez planifier, vous allez pouvoir programmer. Pour programmer, tous les réseaux sociaux nous permettent de le faire. Vous avez le Creator Studio qui vous permet par exemple de programmer en même temps votre page Facebook et Instagram.

    Mais de toute façon, encore une fois, il y a tout ce qu’il faut sur les réseaux sociaux, voire sur certaines applications du style Hootsuite qui vous permet, à partir d’une application, de distribuer et donc de programmer sur tous vos réseaux sociaux à la fois.


7. Comment développer sa créativité

Et là, l’idée est simple soit vous faites de la pub pour votre contenu, soit au contraire, vous en passez par le contenu gratuit pour faire en sorte qu’on puisse voir votre produit quand même. Si vous choisissez cette deuxième solution, vous allez vous rendre compte que le processus de création de contenu va vous révéler nombre de choses sur vous-même.

Un peu comme un tennisman qui, à chaque coup de raquette, doit créer une balle avec le meilleur contenu possible, vous allez devoir sortir le meilleur de vous-même si vous voulez finir avec une victoire. Pour réussir en matière de contenus, il faut toujours l’accompagner de quelques ingrédients très personnels. Ça veut dire que vous allez devoir être confronté quelque part à l’école de la vie en essayant de faire en sorte de travailler sur vous-même pour avoir quelques atouts. Alors pour vous-même, c’est vrai, mais aussi pour votre audience.


  • Être soi-même
    Être soi-même, ça vous différencie, c’est vrai, mais ça donne aussi confiance.

  • Être authentique
    Si vous arrivez à montrer de la confiance en vous, d’abord, vous allez voir que c’est contagieux et en plus, ça va carrément vous rendre crédible.

  • Tenter du nouveau, sortir du cadre, se remettre en question
    Tout ça, ce sont autant de qualités perso qu’il faut absolument travailler pour sa réussite.

Alors évidemment, le niveau ultime, le top du top pour les créateurs de contenu, c’est de réussir à les vendre ses contenus, comme les formateurs en ligne. Pour ça, bien sûr, il faut créer une formation en ligne avant et c’est ce que je vous propose de faire tout de suite en cliquant ici :
Créez votre propre formation en ligne, même en partant de zéro (Formation offerte)

Comment créer votre formation rentable en partant de 0
Lancez votre Business en ligne avec cette formation offerte :

5 Mauvaises Habitudes qui Détruisent votre Création de Contenu

Est-ce que vous êtes sûr de ne pas vous reconnaître dans ces cinq mauvaises habitudes ? Parce que la plus grosse erreur serait de les faire sans vous en apercevoir.


Que vous soyez influenceur, entrepreneur, tiktokeur, community manager ou même simplement des “faiseurs de publications“, je vous suggère vraiment d’éviter ces cinq mauvaises habitudes sous peine de réduire votre impact sans même vous en rendre compte.

1. Comment un créateur de contenu fait de bons choix

➤  Dis-moi, Steph, quand on se lance ou même après s’être lancé, j’ai l’impression que certains prennent un maximum de risques et même d’ailleurs sans s’en apercevoir...

Ce n’est pas faux ! Il y en a qui se mettent des bâtons dans les roues. Il faut dire que dès qu’ils se lancent, qu’ils commencent à toucher un tout petit, même mini revenu sur Internet, tout de suite, ils se sentent un peu bousculés parce que la vie ne s’arrête pas pour autant.


Le boulot, lui, continue. Les enfants, les loisirs, les copains, on ne va pas non plus les laisser tomber. On a quand même une vie. Du coup, on se retrouve carrément bousculé. D’autant que l’informatique continue de progresser, il faut se mettre à jour. Les logiciels aussi avancent. Bref, ça peut vite devenir un peu catastrophique.


Qu’est-ce qu’on fait face à ça ?
Souvent, on se dit « j’ai l’impression que je devrais… » Méfiez-vous de ce type d’expression : « je pense que… », « je crois que… », « je sens que… », « à mon avis… », « peut-être que… »

La solution pour éviter la prise de risque ? Le mieux ce serait de prendre des décisions éclairées. Hypothèse versus statistique ! Oubliez tous ces phrases, toutes ces hypothèses-là et tournez-vous vers vos statistiques qui sont là pour vous. Ne sombrez pas non plus dans les détails de toutes ces statistiques. N’allez pas sombrer, vous enliser dans ces données. Essayez de viser les bonnes métriques.

L’idée, bien sûr, c’est que tous ces chiffres, ces statistiques ne sont pas là pour vous embêter. Ils sont juste une photographie de l’instant présent. Ce qui marche, et ça ne ment pas, là maintenant tout de suite, mais aussi les directions que vous devriez prendre dans un futur proche.

Quelles métriques en particulier vous devriez suivre ? Pour vous simplifier l’affaire, il y en a trois.


  • Un, le nombre de visiteurs qui vient voir votre contenu ou votre offre. Donc, ce sont les visiteurs qui sont importants pour vous. Est-ce que oui ou non ça augmente ?
     
  • Deuxième chiffre important, c’est votre nombre de prospects que vous allez réussir à collecter, votre liste email si ou non, là encore, elle grossit.
     
  • Puis, troisième chiffre important, ce sont vos ventes. Est-ce que oui ou non elles augmentent ?


Par exemple, je voulais tester un petit peu les shorts, voir un peu ce que ça donnait sur ma chaîne. En début d’année, j’en ai sorti une dizaine, une dizaine tranquillement et après j’ai pris le temps de laisser maturer pour voir un petit peu quels étaient les chiffres ? Comment est-ce que ça a évolué ? Bref, le temps de faire une analyse. Au bout du compte, maintenant, j’en sors trois par semaine parce que les résultats étaient plutôt bons. En plus, je les recycle, ça ne mange pas de pain. Je les envoie aussi sur TikTok et aussi sur Instagram.

L’idée, c’est quoi ? C’est que si vous voulez faire des tests, il faut d’une part en sortir suffisamment pour pouvoir avoir un retour significatif quand même et après prendre le temps d’une analyse pour pouvoir prendre de réelles bonnes décisions.

2. Comment rester concentré sur son travail

➤  OK donc première mauvaise habitude : arrêter de faire des hypothèses. Sinon, tu me disais que gagner de l’argent sur internet, ce n’est pas faire du shopping...

Qu'on vive de l’internet grâce à de bons gros dividendes qui nous tombent dessus ou de simples petits revenus ponctuels, on est tous soumis face au même problème, à savoir le vagabondage. C’est vrai que bosser sur Internet, ça implique de voir. Et là, on va aller se mettre à aller voir tout un tas de trucs. Un petit TikTok par ici. Oh tiens, le compte Instagram. Tiens, je vais acheter un petit produit. Oh puis cette dernière vidéo YouTube, elle est magnifique. Bref, on est sans cesse distrait. Tiens, voilà, je reçois un petit SMS. Tiens, voilà, je reçois un petit email. Tiens, voilà, un coup de téléphone... C’est une vraie galère.

La solution, évidemment, ce serait d’éviter d’entreprendre tout un tas de projets à la fois. Ce qu’on appelle le
syndrome de l’objet brillant. Évitez de vous éparpiller. Moi, je reçois des paquets d’opportunités venus d’ailleurs. Alors évidemment, il y a des trucs sérieux, par exemple tout ce qui est vidéo sponsoring. C’est des grandes marques, on le voit tout de suite, il n’y a pas de problème, on arrive à les mettre à part. Mais par contre, il y a des trucs complètement ésotériques. Voilà, c’est ça.

Alors l’idée pour vous, c’est de chercher à
émettre plutôt que de consommer.
La différence ? Par exemple, si vous allez voir vos créateurs préférés et que vous passez l’après-midi ou votre journée à regarder leur contenu, pour vous, c’est nocif ! C’est nocif en terme de création de contenu, en terme de
productivité et les réseaux sociaux sont faits pour ça, donc nous attirent à ça. Alors évidemment, il existe des logiciels spécialisés qui vous permettent de débrancher Instagram, Facebook pendant une heure précisément. Cela dit, vous pouvez le faire vous-même et ça revient à peu près au même... et c’est moins cher.

3. Comment élaborer une stratégie marketing

➤  Deuxième mauvaise habitude : arrêter de se faire voler son temps. Sinon, tu me parles aussi de stratégie, à connaitre ?

Tu ne serais pas en train de faire une petite hypothèse là, on dirait ?! C’est vrai qu’en terme de stratégie pour un créateur de contenu, c’est un peu compliqué. Internet, si on y réfléchit bien, si on regarde bien, c’est un grand village. Tout le monde est au courant de tout. On est au courant des quelques infos très générales, des infos très nichées, des infos perso et du coup, tout le monde s’intéresse à, par exemple, la nouveauté ! La nouveauté, c’est magnifique. Tout le monde se jette sur les dernières nouveautés en se disant : « C’est moi, c’est moi qui vais représenter la nouveauté. »

Clubhouse ! L’année dernière, Clubhouse, c’était la grande mode, la grande vogue. Ce sont des salles de réunions virtuelles où tout le monde se réunit finalement pour faire de l’audio et c’est devenu quoi ? Je ne dis pas que ça a disparu, mais c’est un petit peu moins à la mode. On entend un petit peu moins parler de Clubhouse...

ManyChat, le robot Messenger, moi le premier j’étais dessus. Il y a eu des lois européennes qui ont rendu ManyChat vraiment beaucoup moins intéressant.

La Solution ? Plutôt que de chercher les dernières nouveautés et les dernières tendances sur lesquelles il faut absolument se greffer, le mieux serait peut-être au contraire de chercher à perfectionner, à persister sur les choses, les stratégies dont on sait qu’elles fonctionnent.

Une stratégie qui fonctionne et qui est gagnante depuis 40 ans :
avoir une liste email. C’est important quand même ! Même à l’époque de ManyChat, je faisais d’abord entrer les gens dans ma liste email et ensuite je leur proposais d’aller sur ManyChat. J’ai bien fait parce que le jour où ManyChat s’est arrêté, la liste email était toujours là. Aujourd’hui, ce n’est plus ManyChat, mais c’est Telegram. Mais même principe ! D’abord dans la liste email et ensuite dans un second temps pour pouvoir communiquer de manière un peu différente sur Telegram. Donc, encore une fois, stratégie qui fonctionne, qui marche et depuis 40 ans : votre liste email.

Comment créer votre formation rentable en partant de 0
Lancez votre Business en ligne avec cette formation offerte :

4. Comment avoir plus de clients

➤  Troisième mauvaise habitude : délaisser les stratégies qui marchent. Sinon la quatrième ?

La quatrième mauvaise habitude d'un créateur de contenu s’appuie sur le fait qu’on a des croyances un peu erronées. On pense par exemple que sur Internet, tout est automatique. C’est vrai après tout, les emails sont automatiques, les pages web sont automatiques, les pages de paiement sont automatiques. Tout est automatique.

Seulement voilà, tout ça fait quelque chose de très
impersonnel. On se retrouve face à des gens qui deviennent des genres de numéros. Il n’y a pas vraiment d’échange entre les uns et les autres. Un manque de proximité, pas uniquement géographique, mais aussi tactile, un manque de contact visuel, tout ça compte quand même. Évidemment, au bout du compte, ça donne un manque de considération. Et ça, c’est une erreur fatale sur Internet ou dans la vie de tous les jours parce qu’effectivement on vit en tribu tous ensemble depuis toujours. Et Internet, c’est une tribu.

La solution, c’est de considérer votre business comme un
groupe d’êtres humains et non pas un groupe de cartes bancaires.

L’idée, c’est qu’il n’y a rien de plus enrichissant pour vous que d’être au contact de vos clients. Pourquoi ? Parce que si vous êtes au contact de vos clients, ils vont vous dire tout de suite quels sont leurs problèmes. À partir de là, vous allez connaître leurs désirs. À partir de là, vous allez pouvoir créer un produit. Donc, à partir de votre produit, ils vont pouvoir réussir. Et s’ils réussissent, alors vous allez réussir aussi. C’est la tribu dont je vous parlais tout à l’heure.
Concentrez-vous sur l’humain.

5. Comment devenir un créateur de contenu épanoui

➤  Donc, quatrième mauvaise habitude : oublier qu’on s’adresse à des gens. C’est ça ? Si on parlait un peu de la joie...

Ah oui, la joie... La joie d’être créateur de contenu. C’est vrai que quand on est créateur de contenu, il faut faire attention aussi à certaines choses. Par exemple, on a souvent tendance à se laisser embarquer sur des chemins qui ne sont pas toujours exactement les nôtres. Par exemple, on a tendance à aller vers où est-ce que je pourrais avoir le plus de célébrité, où est-ce que je pourrais avoir le plus de rentabilité, où est-ce que je pourrais gagner le plus d’argent, sur des pièges.

Cela dit, autre piège, on aurait peut-être tendance aussi à ne pas prendre toujours les risques qu’on devrait, pas tellement des risques financiers, mais souvent plutôt en termes de
zone de confort.


Par exemple, en début d’année, j’ai fait deux mois non-stop de live et après j’ai fait les analyses et finalement je me suis rendu compte que c’est une très bonne chose pour ma chaîne. Du coup, je me suis lancé à deux lives par mois qui tombent de manière régulière. J’ai repoussé ma zone de confort. Pareil pour les shorts. J’ai fait tout un tas, je vous en ai parlé, de petits tests dessus. Finalement, ça marche. C’est quelque chose qu’il faut faire pour ma chaîne. Hop, je repousse les limites, les frontières de ma zone de confort.

La solution ? Si vous êtes créateur de contenu, c’est que vraisemblablement vous avez en tête de faire un business, d’être
entrepreneur. Et un entrepreneur, ça prend des risques. Ça prend des risques, mais dans la joie ! Et puis remettez en place, remettez en route votre pensée créative.

Par exemple, dans cette vidéo, vous avez peut-être remarqué qu’il y avait un petit mec en rouge qui me ressemblait étonnamment, qui posait des questions, et moi en noir qui répond aux questions. Ça, c’est un truc que je commence à voir de temps en temps parmi mes amis entrepreneurs...


Alors, ce n’est pas grave si c’est un peu copié quelque part, même si c’est fait différemment, on peut penser que l’idée n’est pas mauvaise. Je me console en me disant que je suis devant. Même si ça agace un petit peu de se faire piquer ses manières de faire. Mais bon, qu’importe...

L’idée pour vous, c’est encore une fois de faire renaître la pensée créative et de le faire dans la joie. Puis, n’oubliez pas non plus de
célébrer vos victoires. C’est important comme je viens de le faire quelques instants.

Autre exemple, ma chaîne va sur ses trois millions de vues. Trois millions de vues, ça doit faire à peu près la population de Paris, plus la population de Marseille. Comme quoi c’est possible de réconcilier l’improbable.

Autre exemple, j’ai mis cinq ans à m’en rendre compte, à imprimer le fait que je commence à être un petit peu établi. Ça fait cinq ans que je vis de mes formations en ligne. Mais je n’en avais jamais parlé, sauf depuis récemment où je commence un peu à en parler dans mes vidéos.


Il faut célébrer ces victoires. Alors évidemment, il y a eu quelques obstacles. Ce sont précisément ces obstacles que je cherche à vous éviter en cliquant sur cette formation offerte pour créer votre business de formation en ligne rentable.

Suivre

A Propos

Bonjour, je m'appelle Stéphane. Trois chiffres pour me présenter : 28 ans de Marketing, 15 ans directeur Agence Conseil en Communication et 2005 première expérience Web. Petite Astuce : Cliquez sur la clochette grise à droite quand vous vous abonnez à la chaîne. Vous recevrez des Notifications de nouvelles vidéos... histoire d'être les premiers servis ! Stéphane Lacoste (Aiguilleur dans une botte de foin)

>
Success message!
Warning message!
Error message!