• Home
  • Blog
  • Comment Fonctionne le Marketing d’Influence (Guide du Futur Influenceur)

Comment Fonctionne le Marketing d’Influence (Guide du Futur Influenceur)

Comment Fonctionne le MARKETING D'INFLUENCE (Guide du Futur Influenceur)

0 comments

More...

Gagnez des € avec YouTube - Formation offerte :
Comment vivre de votre chaîne même en partant de 0

Comment fonctionne le Marketing d’Influence (Guide du futur influenceur)

56 % des internautes déclarent avoir acheté après avoir vu la publication d’un influenceur. Et comme 82 % des professionnels déclarent que ce sont des prospects d’excellente qualité, le marketing d’influence est né. Et je crois même qu’on peut parler d’un nouveau métier.

 Le marketing d'influence c'est quoi

Steph, dis-moi, je vois à peu près ce que c’est le machin, mais tu peux me préciser, me dire ce qu’est le marketing d’influence. C’est quoi ?

L’idée, c’est de croiser deux besoins. Celui de l’influence d’abord, qui a besoin de gagner de l’argent pour vivre et puis celui du promoteur ou en tous les cas, de la marque qui a besoin de promouvoir son produit.

Alors un influenceur, c’est quoi ?
 

  • C’est tout simplement un expert sur sa thématique.
     
  • Ça peut être aussi un leader d’opinion, c’est-à-dire un client qui “a une grande bouche et qui parle très fort“.
     
  • Ça peut être aussi une célébrité pour telle ou telle chose, pas forcément une célébrité internationale, ni même nationale, mais en tous les cas, pour telle ou telle chose. 


Tout ça nous ramène au fait qu’il faut malgré tout être plutôt spécialisé dans une thématique.

L’influenceur a aussi sa zone d’influence.
C’est-à-dire que ça peut être sur Instagram avec des photos magnifiques, sur TikTok avec des petits formats très courts et punchy, ou alors sur YouTube avec des vidéos un petit peu plus longues et un petit peu plus éducatives.

Pour l’influenceur, la taille, ça compte.
Ça va du plus gros influenceur à plus de 100 000 abonnés, le méga-influenceur, au plus petit, le nano-influenceur qui est lui en général à moins de 10 000 abonnés. Ce qu’il y a de sûr, c’est que plus la communauté est petite en général, plus il y a d’engagements.

 Pourquoi faire du marketing d'influence

Steph, dis-moi, je vois à peu près ce que c’est le machin, mais tu peux me préciser, me dire ce qu’est le marketing d’influence. C’est quoi ?

Il ne faut pas croire surtout qu’être influenceur est juste montrer un produit à la caméra pour faire le beau et puis voilà, c’est terminé. Non, non. De nos jours, ce sont de véritables petits marketeurs en chef et c’est bien normal. Ils sont confrontés à de grosses entreprises qui elles-mêmes pratiquent d’énormes campagnes marketing. Donc, il faut bien évidemment s’adapter.

Alors, pourquoi faire de l’influence marketing ? D’abord pour une campagne de notoriété, c’est-à-dire montrer sa marque, la rendre visible. On arrive en plus à la rendre visible de manière tout à fait ciblée. Grâce à l’influenceur qu’on va choisir, on va savoir quelle audience on va pouvoir toucher. Quand on est une marque, c’est très intéressant.
Essayez juste d’imaginer ce type de campagne par rapport à une campagne télé. Là, on est dans l'exact opposé. Quand on fait de la télé à 20 heures, on touche absolument tout le monde sans toucher forcément exactement la cible qu’on souhaiterait toucher. Donc pour une marque, effectivement, c’est intéressant.

Évidemment, ça permet aussi d’augmenter ses ventes. On dit que pour ce type de campagnes, pour les marques, ça représente en gros un ROI, un retour sur investissement de un pour sept. C’est-à-dire qu’à chaque euro investi, il y en a sept qui rentrent dans leur chiffre d'affaire. Donc effectivement, tout de suite, c’est beaucoup plus intéressant.

Essayez là encore de comparer ça par exemple à une campagne de presse. Déjà c’est beaucoup plus cher et c’est beaucoup plus difficilement mesurable pour eux.

Puis ça lui permet d’atteindre une nouvelle audience. Choisir un influenceur, c’est choisir son audience. Et là, encore une fois, on va pouvoir faire quelque chose de très ciblé. Imaginez que, par exemple, une marque décide de sortir dans sa gamme de produits un produit qui soit un peu plus jeune. Pour tout ce qui est les médias traditionnels TV, presse, ciné, radio, c’est toujours un petit peu plus compliqué de toucher réellement les bonnes personnes alors que là, encore une fois, en passant par un influenceur, on fait mouche !

Gagnez des € avec YouTube - Formation offerte :
Comment vivre de votre chaîne même en partant de 0

 Quels sont les inconvénients des influenceurs

Bon, c’est génial ton truc, mais il doit bien y avoir des inconvénients quand même...

C’est vrai que quelques influenceurs ont des pratiques peu éthiques. Il y a un chiffre que j’ai lu qui dit que 50 % des influenceurs gonflent leur chiffre, ce qui explique peut-être que les marques ont tendance à aller vers des influenceurs quelquefois un peu plus petit. Et même les nano-influenceurs, c’est-à-dire ceux qui sont à moins de 10 000, ont leur chance. Ils peuvent très bien y arriver avec certaines marques en particulier, si tant est qu’ils aient évidemment une communauté active.

Ça pose aussi des limites pour l’audience quelques fois. J’ai vu un chiffre passé, 50 % de faux engagement sur les posts et publications de certains influenceurs, mais ils prennent tous les risques en faisant ça. Évidemment, s’il y a des marques qui n’ont pas le retour qu’elles attendent, ça va poser un problème. Si en plus leur audience se voit proposer des produits qui ne sont pas forcément terribles et qu’on se rend compte que cet influenceur est plus se baser sur son portefeuille que sur la réelle aide de sa communauté, ça pose problème.

On peut le faire aussi à différents niveaux. On n’est pas obligé de le faire par sa communauté Instagram ou autre réseau social. Par exemple, vis-à-vis de ma communauté de clients, donc c’est quand même plus restreint et plus fermé comme cercle, je propose régulièrement des petits logiciels. Alors ces logiciels, ce sont des logiciels que j’utilise ou que j’ai utilisés en tous les cas suffisamment pour pouvoir dire que oui, ce sont des logiciels qui fonctionnent si tant est qu’on sache s’en servir évidemment.

 Comment travailler dans le marketing d'influence

OK, je commence un petit peu à comprendre. Mais dis-moi si on veut le faire sérieusement, comment on s’y prend ? Qu’est-ce qui compte pour être influenceur ?

Il existe des plateformes de mises en relation. Même YouTube va s’y coller avec son Youtube BrandConnect pour les shorts. Les influenceurs YouTube vont se régaler. Toujours est-il que l’idée, en gros, c’est de faire d’un côté les marques et de l’autre les influenceurs et de les rapprocher suffisamment pour que chacun puisse se contacter assez facilement les uns les autres. Donc, ça existe et ça va certainement se développer avec le temps.

Ce qui est sûr, c’est que vous devriez, à mon avis, connaître les critères de notoriété d’un influenceur. Pour ça, il y en a quatre.


  • D’abord, il y a la taille de la communauté qui compte. Finalement, micro-influenceur, ce n’est pas si mal que ça. Nano moins de 10 000. Micro entre 10 et 100 000. Ensuite, il y a jusqu’à 500 000 les macro-influenceurs et après plus de 500 000 les méga-influenceurs.
    Dans cette seconde catégorie, la micro-influenceur dans laquelle je suis moi-même, j’ai fait des vidéos sponsorisées. Je peux vous assurer qu’en général, il n’y a rien à faire. Il y a des gens qui viennent vous contacter. C’est une position, comment dirais-je... préférentielle !

  • Le taux d’engagement pour cette marque. Évidemment, quand une société vous recontacte pour une seconde campagne, comme ça m’est arrivé récemment, on est en droit de croire qu’elle a eu un bon retour, qu’elle a fait suffisamment de ventes pour se rembourser son investissement de fait.

  • La quantité de vos publications est un autre chiffre qui est important parce que comment va se positionner la marque. Supposez qu’elle fasse une publication par jour alors qu’en général vous en faites quatre. Elle va être un petit peu noyée dans la masse de publications.

  • Même le nombre de vues, ça aussi, c’est un chiffre qui est important pour un influenceur évidemment, mais aussi pour la marque. Même si la marque ne vend pas à la hauteur de ce qu’elle était en droit d’attendre, ça reste malgré tout pour elle de la notoriété pour un prochain achat.

Alors maintenant, vous connaissez les quatre clés, quatre chiffres types sur lesquels vous devez vraiment vous appuyer, il faut juste chercher à augmenter votre audience dans la thématique. En ne perdant pas de vue ces quatre-là sont comme les quatre petits cochons, inséparables et complices. Ils sont trois ? Oups...

 Quels sont les types de marketing d'influence

Selon toi, quelles sont les stratégies pour avoir un bon marketing d’influence ?

Il y en a beaucoup. En fait, il y en a tellement que c’est juste une histoire d’imagination. C’est-à-dire l’imagination que va apporter la marque vis-à-vis de l’influenceur, mais aussi l’inverse. Vous, en tant qu’influenceur, vous pourriez très bien proposer des idées à la marque. Personnellement, quand on me contacte, ça se passe toujours en deux phases.


  • La première, j’ai un package, donc je propose mon package et le prix. Si ça passe, on passe à la phase deux.
     
  • La phase deux, ça va être évidemment de se mettre beaucoup plus malléable parce qu’il va falloir se mettre au service de son client et donc faire en sorte qu’il soit satisfait au niveau de ses besoins. On est d’accord.
     

Mais dès si la phase une, ça commence à tirailler un peu, que ça grignote... les prix. Non, stop, mes prix c’est ça. Et là, une fois que ça se met en place, on peut passer au travail.

Si vous voulez des points de repère un peu plus classiques, il y a évidemment tout ce qui fait partie


  • des événementiels au sens large,
     
  • des placements de produits,
     
  • des vidéos sponsorisés,
     
  • de l’affiliation
     
  • et même le takeover. C’est juste donner le contrôle en fait à la marque, le contrôle carrément de votre réseau social pendant une période définie.

Un réseau social se monétise. L’idéal pour ça, c’est d’avoir une chaîne YouTube parce que vous allez pouvoir faire des placements de produits, de l’affiliation et même des vidéos sponsorisées. J’en ai fait quelques-unes moi-même. Pas des tonnes non plus. L’idée, ce n’est pas non plus de saturer son audience. On doit aussi essayer de trouver aussi de bons produits. J’ai même une grosse marque qui m’a contacté, qui sous prétexte qu’elle était une grosse marque, ne voulait pas mettre le budget. Tu sors ! Bref...

Si vous aussi vous voulez vivre de votre chaîne YouTube et suivre ces pas, ce que je vous propose, c’est tout simplement de cliquer ici pour cette formation offerte.

About the Author

Follow me


{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}