Comment utiliser Camtasia (logiciel de montage screen video 100% facile)

Comment utiliser Camtasia (logiciel de montage screen video 100% facile)

More...

Gagnez des € avec YouTube - Formation offerte :
Comment vivre de votre chaîne même en partant de 0

Comment utiliser Camtasia :
Le logiciel de montage screen video facile

Vous m’avez demandé à peu près 14 623 fois quel logiciel j’utilise pour faire mes montages vidéo. J’utilise Camtasia. Précisément aujourd’hui, tuto Camtasia.

1.  Camtasia : logiciel de montage vidéo gratuit

Vous allez d’abord vous inscrire. J’ai essayé pas mal de choses dans ma vie, Final Cut, Adobe Première, After Effects et je peux vous assurer que pour faire mes précédentes 350 vidéos sur YouTube, j’ai choisi Camtasia.


Pourquoi ? Parce que d’abord, au niveau vitesse de productivité, rapidité de travail, ça va beaucoup plus vite. Puis, c’est extrêmement simple à utiliser. 


Vous cliquez ici pour pouvoir télécharger Camtasia gratuit que je vous recommande et sur lequel on va travailler. Ensuite, une fois que c’est fait, on va pouvoir passer à l’étape numéro deux.

2.  Tutoriel Camtasia : Présentation

Vous avez téléchargé le logiciel sur votre bureau. Vous avez cherché à l’ouvrir et donc à créer un nouveau projet. Vous allez vous retrouver face à cette fenêtre Camtasia. Et là, vous allez découvrir qu’il y a quatre espaces.


  • Premier espace sur la gauche ici, où vous avez, pour simplifier et pour aller plus vite, on y reviendra en détail, des effets divers. Puis votre Chutier. Qu’est-ce que c’est ? C’est là où vous allez pouvoir stocker toutes vos images fixes, vos vidéos, vos sons, mais aussi ce que vous aurez enregistré sur votre bureau, la vue de votre bureau grâce à Camtasia.


  • Deuxième espace, en plein milieu, ce qu’on appelle une fenêtre de prévisualisation, ce qui vous permet de voir un peu le montage que vous êtes en train de faire.


  • Troisième espace sur la droite, vous avez un menu contextuel. C’est-à-dire qu’à chaque fois que vous allez cliquer sur une vidéo, par exemple dans ce quatrième espace, vous aurez des propriétés contextuelles en fonction. Vous cliquez sur une vidéo. Vous regardez. Si vous voulez mettre un petit peu transparent la vidéo, vous allez vous retrouver dans cette fenêtre de droite dans ce troisième espace. Ou retirer de la couleur, ça se passera là aussi.


  • Le quatrième espace, c’est le plus intéressant et le plus important, d’ailleurs on terminera la vidéo par ça, c’est tout simplement cette timeline. Là, vous avez une ligne de temps avec une tête de lecture qui avance sur cette ligne de temps. Puis là-dessous, vous avez le nombre de pistes que vous allez pouvoir superposer. Bien sûr, on peut en mettre beaucoup plus que deux.


Donc, voilà pour ce bref aperçu, cette présentation générale de Camtasia.

Gagnez des € avec YouTube - Formation offerte :
Comment vivre de votre chaîne même en partant de 0

3.  Comment faire une vidéo avec Camtasia :  Fenêtre de prévisualisation

On va avancer sur la fenêtre de prévisualisation. C’est juste l’espace le plus facile à utiliser, donc on ne va pas commencer à décourager tout le monde. C’est très simple.


D’abord pour vous montrer un petit peu, il faut évidemment importer un élément multimédia. C’est marqué ici. C’est simple. Vous cliquez et vous allez pouvoir importer les éléments que vous voulez sur votre bureau, là où vous voulez. Une fois fait, on va s’amuser juste à le mettre là, en plein milieu pour nous donner encore une fois voilà, et ça tombe tout à fait pile.


À remarquer, les paramètres qui sont prévus pour publier une vidéo YouTube sont déjà bien réglés. Je vous les montre. C’est ici que vous allez pouvoir déterminer les paramètres de votre projet. En général, c’est ça pour YouTube. 


En tous les cas, c’est le format le plus classique, le plus commun, 1920 de large x 1080 pixels de haut et à 30 images par seconde, avec un son ici qui est normalisé. Ça veut dire qu’à chaque fois que vous allez mettre un nouveau son, il va choisir le pic le plus élevé. En fonction du pic le plus élevé, il va calibrer un petit peu tout le reste. Ce n’est pas de la compression, c’est plus simplet, mais ça fonctionne parfaitement bien. Ça vous permet d’étalonner vos sons et de ne pas avoir des sons forts et d'autres faibles.


Paramètres du projet, c’est important. Mais ce que vous avez d’important ici aussi, c'est d’abord cette petite flèche qui vous permet évidemment de faire bouger votre image. Pomme Z ou contrôle Z, si vous êtes sur PC pour ramener au coup d’avant. La main qui vous permet de déplacer l’image. Attendez, je vais faire, un petit ici, pour réduire l’image, par exemple, et ici, pour déplacer. Vous voyez la différence, déplacer, donc cette fenêtre de prévisualisation et non pas déplacer l’image. Pour déplacer l’image, c’est bel et bien cette flèche qu’il faut prendre. Il y a quelques petites nuances.


Ensuite, évidemment, ce troisième menu qui peut vous paraître un peu bizarre, c’est fait pour couper l’image. On la découpe, on la coupe. Là, je l’ai déplacée. On la découpe, on la coupe, on la met un peu comme on veut. Des pommes Z pour revenir au point de départ. Celle-ci, c’est plus pour faire des animations. Je vais vite passer là-dessus pour créer des animations automatiques. Pour l’instant, vous n’avez peut-être pas besoin d’aller jusque-là.


Un point important, c’est que je suis à 66 %. L’image est grande à 66 %. Si je voulais la mettre plus petite, ça diminue son image. De temps en temps, ça peut vous servir de faire ajuster. Ça veut dire que ça va s’adapter à cet espace-là, que vous avez.


Mais il y a aussi quelque chose où les débutants se plantent peu souvent, c’est qu’il y a une différence entre faire un zoom d’image.


Par exemple, si je prends une animation, que je mets une animation personnalisée et que là, je mets une échelle dans le menu contextuel dont je vous parlais plus petite, il y a une différence entre faire un zoom, comme je viens de le faire dans l’image et un zoom tout simplement ici. Là, je suis à 200 %. Ce n’est pas un zoom de l’image que j’ai fait, c’est un zoom de la fenêtre de prévisualisation. Donc, faites attention. Quand on débute, souvent on se trompe un peu. Ajuster, ce qui fait que mon image, elle est toujours sur... voilà. Pour remettre à zéro, c’est cette flèche-là.


Ça, c’était juste pour montrer la nuance dans cette fenêtre de prévisualisation. Vous voyez que c’est simple. On continue d’avancer.

4.  Comment enregistrer une vidéo avec Camtasia : Le chutier

On va manipuler un petit peu l’espace de gauche, l’endroit où vous avez tous ces menus qui se trouvent à votre disposition. Première chose, le plus simple, c’est d’apprendre comment est-ce qu’on peut enregistrer sur Camtasia.


En haut à gauche, vous avez un gros bouton enregistrement. Je suis en train d’enregistrer. Je ne peux pas ré-enregistrer. Ce qui explique qu’il ne met pas le gros bouton rouge, mais normalement vous avez un gros bouton rouge. Vous cliquez et c’est parti. Vous allez avoir une fenêtre. Ça non plus, je ne peux pas vous la montrer puisque je suis en train d’enregistrer et qu’elle est déjà passée.


Donc, la petite fenêtre d'enregistrement, vous aurez possibilité de régler votre son : régler le choix de la source du son en appuyant sur les petites flèches, pareil pour la webcam, pareil pour l’enregistrement de votre bureau. Ce sont trois sources qui viennent d’un seul coup dans votre Camtasia une fois que vous avez terminé cet enregistrement.


Alors, on continue d’avancer. Cette fois-ci, on va voir ces différents menus, en tous les cas les principaux. Parce que sinon, il y a un peu beaucoup de boulot.


La bibliothèque, c’est l’endroit où vous allez pouvoir stocker, comme je le fais ici même, des choses que vous auriez déjà créées par vous-même. Par exemple, j’ai créé ce type de panneaux déjà par moi-même et je n’ai plus qu’à m’en servir. Il est là, il est groupé dans tout un tas de panneaux qui sont rassemblés ensemble. Si je veux me resservir de cette composition que j’ai déjà créé, il me suffira juste de changer les titres à l’intérieur. Ça, c’est votre bibliothèque.


Ici, vous avez des annotations. Les annotations, il y en a plein qui vous sont proposées et qui sont très utiles. Par exemple, vous pouvez rajouter un simple aplat dans lequel vous allez pouvoir changer la typo, mettre un peu ce que vous voulez. Mais vous allez pouvoir aussi, en cliquant dessus, soit dans la timeline, soit ici même, avoir accès à ce menu contextuel et j’y reviendrai tout à l’heure. 


Je vous expliquerai comment ça marche. Ce n’est pas très compliqué. J’efface. Vous voyez qu’il est ici. Je le sélectionne et j’efface sur la timeline. Ce sont tout un tas d’animations.


  • Il y a des flèches
  • Des aplats
  • Des formes.
  • Il y a moyen ici de faire sortir des zones en particulier. Là, c’est un peu plus clair, un petit peu plus foncé.
  • Du surlignage en jaune si vous voulez. Il y a plein de choses.
  • Vous pouvez mettre du flou.
  • Et ça, ce sont des animations qui sont animées d’elles-mêmes.


Ensuite, ici vous avez aussi de quoi mettre des annotations de clavier. Quand vous faites par exemple pomme A, vous pouvez très bien prendre ça, le mettre sur votre timeline. Quand vous êtes au-dessus, je l’agrandis. Ici j’ai pomme A, je sélectionne et à la place, je vais faire pomme D. Ça me met pomme D pour montrer un petit peu les touches claviers sur lesquelles on est en train d’appuyer. Vous voyez qu’il y a plein d’annotations qui sont sympa.


Les transitions, qu’est-ce que c’est ? C’est tout simplement la transition entre deux vidéos. Ici entre les deux, je pourrais très bien prendre, par exemple, des flèches. Je vais les mettre là mes flèches, en plein milieu. Je grossis pour que vous voyiez bien l’endroit de la transition et je vous mets un petit noir au milieu. Sinon, on ne va pas voir la transition vu que c’est deux fois la même image. Effectivement, c’est tout simple pour faire des transitions. Pour retirer, on clique très précisément sur la transition en elle-même. On fait delete et je peux ramener au point de départ. Vous voyez que c’est très simple pour faire des transitions. Ça ne va pas beaucoup plus loin que ça.


Les comportements, qu’est-ce que c’est ? C’est à mettre plutôt sur des animations. Par exemple, si vous prenez une annotation en particulier, un petit nuage dans lequel vous allez mettre quelque chose d’écrit, vous pouvez très bien lui appliquer un comportement. Ça peut être, par exemple, un glissement. On va mettre un glissement. Vous avez en bas une petite barre qui vous permet d’accéder à cette partie gauche et de pouvoir régler un peu plus précisément ce qu’est un glissement. Donc, vous avez compris, c’est juste une animation qui est déjà prédéterminée, qui est déjà préécrite et dont vous n’avez plus qu’à faire un glisser-déposer sur des éléments que vous voulez vraisemblablement, la plupart du temps, sur des éléments graphiques.


Les animations, c’est un peu la même chose, mais ce serait peut-être plus, vous voyez qu’à chaque fois que vous avez la prévisualisation ici, peut-être plus pour des vidéos. Effets de curseur, si vous voulez rajouter, par exemple, sur votre flèche un petit rond. Vous pouvez là encore effectivement l’éditer par la partie de droite une fois que vous l’avez mis en place pour faire un rond vert à la place.


Commentaires vocaux, on va passer là-dessus. Parce qu’après, effectivement, audio, il n’y a pas grand grand-chose. La compression audio, qui vaut ce qu’elle vaut. L’interactivité, c’est pour ajouter des questionnaires. Ici dans le petit Plus, vous avez des effets visuels. Alors là, vous allez pouvoir jouer un peu avec les couleurs, mettre une bordure sur une image que vous auriez mise. Il y a plein de petites choses intéressantes.


Si vous voulez accélérer la vitesse du clip, ça se passe par là. Vous vous mettez ici et dans le menu contextuel, vous dites par exemple, je voudrais aller deux fois plus vite. Vous allez voir que ça réduit fatalement la longueur de votre plan par deux parce que c’est deux fois plus vite. C’est tout simple. Je prends, je retire. Du coup, ça me remet à la longueur normale.


Quel que soit le matériel vidéo YouTube dont vous disposez, peut-être que vous aurez un jour à supprimer un fond vert. Ça se passe ici, pareil. Moi, je n’ai pas de fond vert, donc ça ne va pas être possible. Mais vous mettez ici la suppression de couleur et vous sélectionnez ici en prenant la pipette et en cliquant sur l’endroit que vous voulez retirer. Moi, ça ne veut rien dire puisqu’effectivement, je n’ai pas un fond vert uni. Mais peut-être que le jaune aurait pu marcher. Ça me retire donc le jaune. Vous avez compris le principe si vous avez du fond vert à retirer. Je prends cette petite barre et je la supprime.


Dans ces petites choses-là, il y a plein de choses très intéressantes. À vous de voir quels sont les effets qui peuvent éventuellement…


Les arrêts sur image, c’est ça. Effectivement, vous vous mettez là et vous allez pouvoir geler la zone parce que vous pouvez geler en fonction de la zone que vous aurez choisie ou même carrément toute l’image. Il vous suffira de faire une grande zone et toute cette partie intérieure sera fixe. Là, si vous faites comme ça, il y aura tout l’extérieur qui va bouger. L’extérieur bouge, mais pas l’intérieur.


Donc, voilà quelques-uns des effets que vous pouvez utiliser pour vos vidéos. Vous voyez que cette partie de gauche n’est pas très compliquée à utiliser. On attaque maintenant la partie de droite, donc les propriétés contextuelles. Là encore, ça va super vite.

5.  Comment faire un montage video sur Camtasia avec la timeline

Évidemment, cette fenêtre de droite, mais aussi votre timeline tout en dessous. Parce que ça aussi, c’est super important.


La première chose, c’est effectivement cette fenêtre dont je vous parlais, propriétés contextuelles. Si je clique sur une vidéo, j’ai deux menus qui me sont proposés. Je peux intervenir en deux endroits, d’abord sur la vidéo en elle-même et jouer, pourquoi pas, avec l’échelle, jouer avec la transparence de l’image.


On peut jouer un petit peu comme on veut avec tout ça, même jouer effectivement avec la profondeur. Ça peut donner une idée quelque part de 3D si vous voulez jouer avec ça (ici, on remet à zéro). Jouer aussi avec le son, soit mettre tout en mono, pourquoi pas, jouer avec la normalisation, comme je le disais tout à l’heure, faire en sorte que le son soit étalonné, qu’il n’y ait pas des endroits forts et d’autres faibles. Voilà pour les menus contextuels qui sont proposés pour une vidéo.


Évidemment, si vous avez des annotations, vous voyez qu’on va prendre par exemple une étoile. Vous voyez que là, vous allez avoir, quand vous sélectionnez l’étoile, d’autres possibilités. Le film, ça reste la même chose, mais par contre, ici, on peut jouer sur quoi ?


On peut jouer sur la couleur. On peut aller chercher des couleurs qui sont déjà prédéterminées ou en prendre une avec la pipette. Je vais prendre le jaune. Donc, faire un contour, jouer avec l’opacité plus ou moins transparente. Bref, vous voyez qu’on peut jouer même avec les formes, échanger la forme. Vous voyez que là, on a un menu contextuel. Vous avez compris le principe. Ce n’est pas très compliqué. Vous pouvez, à chaque fois que vous sélectionnez un élément, jouer avec ce menu ici.


Maintenant, on va passer à la timeline, ce qui se trouve en dessous. Et là, il y a d’autres petites choses qui sont intéressantes, notamment d’avoir cette barre-là qui vous permet de faire bouger la tête de lecture. Croyez-moi, par moment, ça va vous faire gagner beaucoup de temps avec le temps auquel vous êtes. Là, on est à 3 minutes 54 qui est inscrit.


Ici, vous allez pouvoir, je vais faire une petite coupure ici, pomme T ou contrôle T, le raccourci. Je vais mettre ma tête de lecture ici. Ça va me permettre de vous montrer d’abord qu’ici, on peut jouer image par image. On avance image par image. C’est très lent. Et ici, aller au prochain point de montage. L’endroit où je viens de couper, ou alors à la fin, ou alors deux fois, une fois, deux fois et là je vais au début. Donc, ça aussi, c’est intéressant pour naviguer sur vos différents points de montage.


Ici, vous avez la petite loupe double clic et ça va prendre à peu près la largeur de votre timeline. C’est un petit raccourci sympa. Vous pouvez grossir sur ce que vous êtes en train de faire ou pas. Et là, tout un tas de petits éléments qui sont souvent des copier-coller, couper et revenir en arrière. 


Je vous rappelle que vous avez les équivalents, évidemment, dans votre menu édition, copier-coller, etc. Il y en a qui préfèrent utiliser leur menu. Tout ce que je vous explique, c’est sur menu. Il y en a qui préfèrent utiliser ce type de menu avec les trucs contextuels. D’autres préfèrent utiliser les raccourcis clavier. Chacun fait ce qu’il veut. En tous les cas, ça arrive au même point.


Pour ce qui est du montage, je vous recommande vraiment d’essayer de prendre un maximum de raccourcis clavier. Parce que ça va vous faire gagner beaucoup de temps. Donc là, on est concrètement avec notre timeline. Si vous voulez faire un rendu d’une partie de votre montage, vous sélectionnez entre le vert et le rouge et votre rendu, c’est-à-dire l’exportation, se fera uniquement entre là et là. Voilà à quoi ça sert. Double clic, on ramène tout.


Vous avez le nombre de pistes. Alors, vous pouvez jouer sur les pistes. Clic droit, vous pouvez insérer d’autres pistes au-dessus, en dessous, déplacer et supprimer des pistes. Bref, vous pouvez jouer avec tout un tas de choses très intéressantes ici, magnétisme de la piste, etc. Ça, c’est un petit détail. Je vous laisserai voir ça par vous-même. Ce n’est pas très compliqué.


Le son, important. Je n’ai pas dit le son. Où est-ce que ça se mesure ? C’est ici. Vous cliquez sur ces doubles barres et là, vous allez avoir votre son qui va varier et vous pourrez donc surveiller si oui ou non, vos volumes sont bons. N’allez pas trop dans le rouge. On est dans du numérique, donc n’allez pas dans le rouge. Ça va tout de suite craquer. Éventuellement, une toute petite pointe très rarement, mais pas plus. Voilà pour ces quelques recommandations sur l’ensemble de votre Camtasia.


Évidemment, il vous manque quelque chose. Vous êtes d’accord avec moi. Si on ne le fait pas, vous n’allez pas être très content car c'est l’exportation. Il y a un moment, il faut sortir le résultat final parce qu’un montage, c’est ça. C’est l’ensemble de toutes ces actions dont on vient de parler, à savoir c’est l’ensemble de coupures de point de montage, les réglages que vous allez pouvoir faire ici pour chaque élément que vous allez trouver là et l’ensemble va former votre montage. Au bout d’un moment, il va falloir exporter.


Pour exporter, rien de mieux que ce bouton vert qui se trouve à l’opposé d’ailleurs du bouton rouge pour enregistrer. Vous cliquez. Je ne vous recommande pas d’envoyer ça directement sur vos réseaux sociaux. Avant, il faudrait peut-être vérifier si tout se passe bien. Donc envoyez plutôt sur fichier local. Vous mettez le titre que vous voulez. Vous envoyez ça dans le dossier de votre disque dur que vous voulez. Pas trop la peine de changer MP4, c’est très bien pour YouTube.


Les options, vous n’y touchez pas, vous laissez tout par défaut. Ce sera juste parfait. L’encodage se fera très bien. Vous faites exporter et c’est parti. Vous aurez un fichier qui sortira sur votre disque dur. Opération rondement menée !


Et si vous voulez aller plus loin, formation offerte pour vivre de votre chaine YouTube.

Suivre

A Propos

Bonjour, je m'appelle Stéphane. Trois chiffres pour me présenter : 28 ans de Marketing, 15 ans directeur Agence Conseil en Communication et 2005 première expérience Web. Petite Astuce : Cliquez sur la clochette grise à droite quand vous vous abonnez à la chaîne. Vous recevrez des Notifications de nouvelles vidéos... histoire d'être les premiers servis ! Stéphane Lacoste (Aiguilleur dans une botte de foin)

>