Théophile Eliet vs Antoine BM : LE DUEL

Théophile Eliet vs Antoine BM : LE DUEL

More...

Créez votre business en ligne en partant de zéro :

Théophile Eliet vs Antoine BM : Le Duel de Business En Ligne

Il était une fois deux personnages célèbres dans le monde du webmarketing depuis des années. Deux webmarketeurs de la même génération, avec les mêmes envies, dominer le marché.

Le storytelling des deux marketeurs

Seulement, dominer le marché n’est pas chose aisée. Seulement l’un des deux pourra y arriver.

1. Le storytelling des deux marketeurs

Antoine BM ― « À cette époque-là, j’ai lu un autre bouquin aussi qui s’appelait La semaine de 4 heures, qui m’a montré que c’était possible et j’ai décidé de me lancer. Donc, pendant mes études, pendant mon école de commerce, j’ai lancé mon blog et j’ai commencé à travailler un peu dessus. J’ai commencé à vendre des formations. J’ai vu que ça pouvait marcher et au bout de trois ans, je me suis dit : bon, là, c’est le moment, il faut que je tente le truc parce que je ne vais pas continuer à faire des stages, des trucs qui ne m’intéressent pas. »

Il y a toujours une différence entre raconter son histoire et faire son storytelling. Il y a quelques petites nuances. Mais c’est vrai que juste raconter son histoire, ça peut être un peu ennuyeux, voire rébarbatif. Alors que savoir créer une histoire autour de son histoire, un storytelling, là, pour le coup, pour son webmarketing, ça peut être un véritable plus, voire un atout.

Un storytelling, ça peut nous aider à mieux nous faire connaître et puis à mieux faire comprendre aux autres pourquoi on est là.

Antoine BM ― « J’ai dit à mes parents que je vais faire une année de césure, c’est-à-dire une année de pause. Je vais lancer mon activité à 100 %, je vais me mettre à 100 % dessus. Et il y a deux possibilités, soit à la fin ça marche, je gagne ma vie avec et donc je serai autonome et je vais continuer à le faire. Soit ça ne marche pas, c’est un échec et je reviendrai faire mes études. »

Soit, ça marche, soit ça ne marche pas... La première chose à retenir, c’est que si vous voulez absolument faire un storytelling qui fonctionne dans votre marketing, il faut que vous ayez quelque chose à apporter dans ce storytelling à ceux qui vous regardent. Et là, clairement, on voit que pour lui, il y a quoi, il y a un enjeu, il y a un challenge. Et c’est ce challenge qui fait que tous les 20 ou 30 ans vont pouvoir carrément s’identifier à ça et se dire que là, pour le coup, Antoine, il est véritablement inspirant.


Théophile Eliet ― « Donc, je recherche un petit peu sur internet comment gagner de l’argent avec un blog et du coup je tombe sur des gens sur YouTube qui expliquent comment gagner de l’argent avec un blog. Donc, je me forme, j’achète des formations, je mets en place des choses et je vends des fiches de révision. Premier mois 140 €, deuxième mois 280 €, quatrième mois 1 600 €. Maintenant, deux ans plus tard, on est en plusieurs dizaines de milliers d’euros par mois avec des business automatisés. Ça a commencé comme ça, avec la vente de fiches de révision. »

On peut remarquer quand même que leur histoire est très semblable. Ils font leurs études, ils lâchent leurs études, ils se lancent sur un blog. Cela dit, les storytelling ne sont pas exactement pareil. Il manque un petit quelque chose dans celui de Théo.

Oui, l’enjeu, le ça marche, ça ne marche pas. Donc un point pour le storytelling d’Antoine ! Même si on va voir que Théo a quelques petites ressources encore...

2. Leur affiliation à Tim Feriss, Jeff Walker, Jean Rivière et Tai Lopez

Tim Feriss ― « En ce moment je passe la plupart de mon temps à soit travailler à l'écriture, ce que j'aime ou à investir. »


Tim Feriss, c’est lui, c’est lui dont parle Antoine, c’est lui qui l’a inspiré. L’idée principale de ce livre : la gestion de son temps. La recherche de la productivité, c’est aussi l’un des points forts de son ex-mentor Jean Rivière.

Jean Rivière ― « Aujourd’hui, on va parler de productivité malsaine. La productivité malsaine si tu es entrepreneur, si tu es indépendant, qui plus est, si tu travailles sol à la maison, c’est probablement une sorte de maladie qui te ronge. »

Visiblement, ces deux-là étaient de vrais amis, mais il y a dû y avoir un souci quelque part. Que s’est-il passé ? Soit Antoine a voulu tuer le père. Soit il y a eu un petit souci de business. Quoi qu’il en soit, ça ne nous regarde pas...

Jeff Walker ― « Si vous voulez lancer votre produit, votre service, votre formation en ligne, votre membership, votre mastermind, votre programme de coaching, qui que ce soit, ça a été le travail d'une vie pour moi. Je suis dans le business en ligne depuis 25 ans. J'enseigne au gens comment lancer depuis 15 ans. » 


Jeff Walker, le roi du lancement de produits. C’est la référence majeure de Théophile Eliet. Il faut dire que tout son marketing tourne autour de cette formule qu’il a lancé et qui l’a d’ailleurs rendue célèbre tout autour du monde.

Théophile Eliet ― « C’est que je crée du contenu, que ce soit des vidéos ou des articles de blog. Enfin, en ce moment, je crée simplement des vidéos et du coup, les vidéos me permettent d’attirer des personnes qui me donnent ensuite leur email et ensuite je leur envoie une séquence d’environ 4 à 5 emails avec des formations vidéo offertes qui sont aux alentours entre 25 et parfois 40 minutes pendant lesquels je donne plein de conseils excellents et gratuits. Et ensuite seulement après, je vais leur dire voilà, si vous voulez plus ou si vous voulez apprendre encore plus ou si vous voulez des résultats encore plus rapidement du coup, cliquez sur le lien juste en dessous et là, vous allez avoir encore d’autres contenus, mais cette fois-ci contre de l’argent. Ce n’est plus du gratuit. »

C’est le principe du tunnel de vente. C’est aussi le principe que j’applique dans mon business. Cela dit, ce n’est pas du tout la formule d’Antoine.

Antoine BM ― « Ce que je voudrais te montrer, c’est justement comment faire en sorte de devenir une machine à créer des formations. Mais aussi comment faire en sorte que ce ne soit plus un problème pour toi et comment faire en sorte de passer le palier supplémentaire dans ton activité de créateur de contenus ? »

La méthode des petits produits et là, on est à l’opposé de ce que fait Théophile Eliet. Il faut dire que la méthode des petits produits, c’est récupérer des adresses emails et ça reste un tunnel de vente minimaliste. Mais on récupère les adresses emails, on fait de l’email quotidien et de temps en temps, on envoie l’email vers une page de vente. Rien n’est automatisé. Alors que chez Théophile, ce n’est pas loin ... sauf que c’est automatisé ! 

Comprenons-nous bien, ces deux business modèles fonctionnent parfaitement bien, que ce soit d’ailleurs sur le marché francophone ou aux États-Unis. Malgré tout, ce n’est pas tout à fait le même type d’efforts. Il y en a un qui demande des emails quotidiens, de travailler régulièrement ces emails et puis l’autre demande un petit peu plus d’effort sur la création pour faire une plus grosse formation et le tunnel de vente. Mais après, une fois que c’est en place, ne trop pas intervenir ou de temps en temps tous les x mois pour renouveler telle ou telle petite partie en particulier.

En ce qui me concerne, pour ce qui est de la catégorie “je fais des efforts“, je mettrais quand même un point supplémentaire au business modèle de Théophile moins fatiguant dans la durée.

Comment Zemmour gagne la guerre des mots

(pour mieux se vendre)

Comment vendre facilement de A à Z sans être un expert :

3. Leur communication marketing

Autre chose sur laquelle ils sont en opposition, la preuve sociale.

Théophile Eliet ― « Salut, c’est Théo ! Bienvenue dans mon nouveau chez moi et je vais vous montrer comment on est passé de ça... à ça ! »

Quand vous voyez la queue qu’il y a pour tel ou tel film, quelle est votre première réflexion ? Vous vous dites : ça doit être un bon film. Quand Théo vous montre ce superbe appartement qu’il a acheté, évidemment, il suggère quelque part dans votre esprit que ça doit être un bon marketeur, qu’il doit faire de bonnes formations. La preuve sociale.

Tai Lopez ― « Voici mon garage. Je viens juste d'acheter cette Lamborghini. C'est amusant à conduire dans les collines d'Hollywood. » 


Le roi de la preuve sociale, Tai Lopez, ou du marketing bling-bling... ça dépend de comment est-ce qu’on se positionne. En tous les cas, ce qui est sûr, c’est que Théophile suit ce chemin. On ne va pas s’en cacher. Alors, qu’Antoine, lui, il fait relativement la même chose, mais pas tout à fait de la même manière.

Antoine BM ― « Les 95 % restants de mes revenus de 2021 viennent d’une seule source qui est la vente de mes formations qui m’a rapporté 679 471 € en 2021, soit une moyenne de 56 622 € / mois. »

Alors, c’est du chiffre d’affaires. Évidemment, quand on est entrepreneur en ligne, dans la vie réelle ou même une société, on a plutôt tendance à communiquer sur son chiffre d’affaires que sur ses bénéfices. D’abord, le chiffre d’affaires, ça permet d’avoir un chiffre un petit peu plus gros. Et puis, ça nous permet de protéger un petit peu ce qu’on gagne réellement.

Ces deux-là sont sur le même chemin de la preuve sociale. Ils n’emploient juste pas exactement la même méthode. J’ai cherché des chiffres de ce que gagnait Théo, je n’en ai pas trouvé ou en tous les cas des récents. Il y en a des vieux, mais ça n’aurait pas valeur de comparaison. Donc on voit que Théo, lui, il communique plutôt sur les montres, les Rolex, sur les appartements. Alors qu’Antoine, c’est sur ses chiffres. Quel est le point ? Pour qui va le point ? Je le mettrais plutôt à Théo qui n'a pas eu à montrer ses chiffres.

4. Leur bad buzz (e-réputation)

Si on peut éviter de monter ses chiffres, ce n’est pas plus mal parce que plus nos chiffres sont gros, plus on attire de gros haters et quelquefois ça peut devenir un peu dangereux.

Antoine BM ― « Parce qu’il se passe quelque chose qui commence vraiment à me peser. En fait, je suis la victime d’une rumeur, une rumeur insistante qui est là depuis plusieurs mois, voire plusieurs années, et qui aujourd’hui me revient à la gueule en pleine force. »

L’affaire Lama fâché. Effectivement, quand on communique un peu trop sur sa réussite sur Internet, on peut très vite s’attirer quelques problèmes.

Antoine BM ― « Et puis d’un coup, je commence à recevoir plein de commentaires super négatifs de gens qui me disent : ouais, on t’a démasqué, on sait que c’est toi, c’est toi Lama fâché. »

Il s’est retrouvé accusé d’être le créateur de cette chaîne, celui qui faisait ces contenus pas toujours très clean quoi.

Antoine BM ― « Je me suis dit : oh non, pas encore cette histoire de Lama fâché. »

Alors, est-ce qu’il a réussi à retourner la situation pour en faire quelque chose qui finalement travaille en sa faveur ? Ou est-ce qu’il a plutôt subi ce bad buzz ? Ce qu’il y a de sûr, c’est qu’on ne trouve pas d’équivalent sur Théophile, ou en tout cas pas aussi puissant.  


Je vous passe les quelques vidéos qu’on a tous quoi qu’on fasse sur internet, qui sont toujours des gens d’ailleurs qui n’ont jamais acheté nos formations. Ce qui revient à dire : « elle a vraiment un sale goût ta pizza, même si je ne l’ai jamais goûté. » Mais bon, fermons cette parenthèse et revenons-en à nos moutons.

Le point clairement, je le donne à Théo, parce que je ne suis pas persuadé que ça aide beaucoup. Je le sens sincère le père Antoine, il nous dit que ça l’affecte. Il y a un moment, enfin, il ne nous le dit pas directement, mais on le comprend. En tout cas, moi, je le comprends comme ça. Donc, je pense que Théo a mieux réussi à se préserver de ces quelques bad buzz.

5. Exemples de leurs événementiels marketing

Bien sûr, nos amis sont capables quelquefois de se mettre seul dans l’embarras.

Théophile Eliet ― « Au départ, pendant longtemps, en fait, je voulais vendre mon business et je me suis dit exactement la même chose. Je me suis dit : mais il n’y a personne qui va me racheter, il n’y a personne qui veut racheter une chaîne YouTube de quelqu’un. Après, je me suis dit : mais ça coûte quoi d’essayer ? Ça ne me coûte rien d’essayer. »

C’est un coup marketing un peu difficile à faire passer quand même. Alors quel avantage on peut avoir à faire un tel coup ?

Théophile Eliet ― « En plus, dans ma vie, je me suis dit un nombre de fois incalculable où ça ne va pas marcher et/ou ça a marché. Donc, je me suis dit : allez, je vais essayer, puis je pars dans l’idée où ça ne marchera pas. Puis si ça marche, c’est bien. »

Aujourd’hui, on sait que ça n’a pas marché. En même temps, c’est un peu risqué comme événementiel marketing. Il y avait quoi, une chance sur mille pour qu’il trouve quelqu’un qui ait envie d’acheter une société qui tient uniquement sur l’image de son propriétaire sur une chaîne YouTube. Non, il y avait plus de chances qu’il ne la vende pas. Pour le coup, il ne l’a pas vendu. Alors ça fait quoi ? Ça ne marque pas de points quand même pour sa société. Donc, il y a des fois où quand même, nos auto-entrepreneurs se mettent dans des situations un peu délicates pour s’auto-promouvoir. Non, je ne suis pas content.

Antoine BM ― « Ça y est, les mesures de confinement ont été mises en place en France à l’heure où j’enregistre cette vidéo. »

Alors voilà, là, on y est, dans un vrai beau coup marketing.

Antoine BM ― « Donc, si tu peux monter un business comme ça qui te fait gagner de l’argent en apportant de la valeur aux autres, qui te rend libre, que tu peux continuer à faire tourner quelles que soient les crises (tu le vois bien, on peut continuer à bosser), que tu peux exercer n’importe où, c’est peut-être l’occasion ou jamais. »

Oui, parce que c’était juste le moment ou jamais de chercher à remplir sa liste email, notamment en proposant.

Antoine BM ― « Donc, tu as le lien vers cette formation qui active le code qui te donne droit à 100 % de réduction sur la formation qui est juste en dessous. Ce lien, il n’est pas seulement pour toi. Tu peux le partager à qui tu veux, tous les gens à qui ça peut être utile. »

Parce que non seulement, il travaille sur sa notoriété, comme l’a fait d’ailleurs Théo avec la revente de sa société, mais en plus il va gagner un maximum de prospects avec cette opération, un maximum de contacts qu’il pourra d’ailleurs recontacter dans un second temps et donc faire autant de ventes en plus.

Alors, résultat des courses. Moi, je donne deux points à Antoine pour cette dernière idée parce qu’elle est juste géniale. Et on se retrouve avec une belle égalité digne de l'école des fans ! Ça vous semble équitable ? Si vous voulez aller plus loin, ce que je vous propose si vous aussi vous voulez créer votre propre business en ligne, c’est tout simplement de rejoindre cette Formation Offerte.

    Version Podcast

Suivre

A Propos

Bonjour, je m'appelle Stéphane. Trois chiffres pour me présenter : 28 ans de Marketing, 15 ans directeur Agence Conseil en Communication et 2005 première expérience Web. Petite Astuce : Cliquez sur la clochette grise à droite quand vous vous abonnez à la chaîne. Vous recevrez des Notifications de nouvelles vidéos... histoire d'être les premiers servis ! Stéphane Lacoste (Aiguilleur dans une botte de foin)

>
Success message!
Warning message!
Error message!